Asset 19

Roberto

Jusqu’à mes 17 ans, j’ai suivi un cursus scolaire classique, je n’ai jamais eu de grosses difficultés. Par contre, l’université a été un grand changement dans ma vie. Je suis passé d’une petite école où j’étais connu par mon nom à un auditoire de 350 personnes où j’étais devenu un numéro. J’ai fini par décrocher. Il m’a manqué une espèce de sas pour passer du secondaire au supérieur, un endroit intermédiaire pour être mieux préparé à l’enseignement supérieur.

Après ces complications scolaires, je suis rentré chez mes parents en espérant trouver un emploi grâce à mon CESS. J’ai vite déchanté. Les galères se sont plutôt accumulées. J’ai beaucoup postulé, et eu peu de réponses. J’ai fait quelques formations, mais cela ne m’a pas aidé à trouver un emploi.

J’ai fait un stage de frigoriste durant lequel j’ai été mal formé, le patron m’a surtout pris pour que je fasse de la construction et que je l’aide à maçonner. Par manque de revenu stable, je vivais aux crochets de ma mère et cela provoquait des tensions. J’ai dû quitter le cocon familial. J’ai pris un logement et je touche maintenant un Revenu d’Intégration Sociale. Avec ma mère ce n’était plus possible, on se disputait sans cesse à cause de ma situation.

Accéder au RIS, c’est compliqué. L’assistante sociale m’a plusieurs fois humilié. Je voyais cette personne comme quelqu’un de bienveillant à qui j’aurais pu exprimer mes problèmes, mais elle était plutot dans le contrôle social et me voyait comme un parasite qui voulait soutirer de l’argent. Son attitude m’a conduit dans une relation de méfiance vis-à-vis d’elle. Je ne lui disais rien, car j’avais peur qu’elle se serve de mes propos contre moi. Elle m’a souvent mis des bâtons dans les roues et s’est permis des remarques déplacées sur ma famille. Par exemple, quand on touche du RIS, l’assistante sociale vient chez toi pour vérifier que tu vis bien là et surtout que tu vis seul. Lors de la première visite, je venais d’emménager et j’avais étalémes cartes de jeu « magic », elle a trouvé que ce n’était pas assez rangé.

J’ai actuellement recommencé des études d’éducateur. J’ai fait la demande et le CPAS m’a convoqué. Je me suis retrouvé devant 15 hommes politiques qui allaient décider de mon avenir. Finalement cela a été accepté. Voilà, je garde espoir.

Tags: No tags

Comments are closed.