Les nouvelles générations veulent-elles vraiment de la flexibilité ?

Pour la FEB, il existe une nouvelle génération qui veut spontanément devenir indépendante et qui désire la flexibilité, la préférant à la stabilité. La campagne Le Temps Presse ! a mené une contre-enquête. Il est apparu que le marché du travail segmenté, les contrats flexibles ainsi que les difficultés pour être reconnu comme demandeur d’emploi sont vus par une majorité de jeunes interrogés comme un frein à leurs attentes.

Télécharger l’enquête

En octobre 2017, la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) organisait son événement «Young Talent in Action» afin d’exposer ses solutions contre le problème du chômage chez les jeunes sur base d’une enquête réalisée par IVOX, un bureau d’études de marché spécialisé dans les questionnaires en ligne sous forme de concours. La FEB en a conclut que « Les jeunes travailleurs de demain sont très flexibles et s’attendent à la même attitude de la part de leur futur employeur ». Elle réclame la maîtrise des coûts salariaux, la réintroduction de la période d’essai ou encore l’assouplissement des règles sur le travail intérimaire. Ce qui généralement est identifié comme étant les causes des difficultés des jeunes (flexibilité non choisie, intérim, régime d’indépendant) devient après enquête de la FEB ce qui justement libérerait les jeunes de la précarité.

La campagne Le Temps Presse ! a mené une contre-enquête auprès d’une septantaine de jeunes lors d’entretiens individuels. Des mises en perspective à partir d’autres sources de données ainsi que des apports théoriques ont également été apportés à l’enquête. Il en ressort principalement que la stabilité, l’épanouissement et la considération priment sur la disponibilité totale à l’employeur. S’il faut trouver des caractéristiques qui permettent d’opposer les jeunes aux autres générations, c’est plus dans la dégradation de leurs conditions d’emploi, d’insertion professionnelle et de carrière qu’il faudrait chercher.

« Les jeunes rencontrés lors de l’enquête ont pour la plupart déjà le sentiment que leurs attentes se heurtent au monde du travail d’aujourd’hui. Une insécurité économique plus grande est entretenue surtout pour les plus jeunes et les moins qualifiés. »

Aurore des JOC.

Le discours managérial d’aujourd’hui exige des jeunes travailleurs compétents, motivés, ouverts à l’innovation et coopératifs, alors que dans la réalité du management et du marché du travail, tout semble favoriser la concurrence de tous contre tous, la discrimination, la peur, l’obéissance et le manque d’éthique.

Tags: No tags
avatar